le storeCatalogueThe naked kiss
 The Naked Kiss

Galerie d'images

Détails

Public : Tous publics

Nationalité : États-Unis


partager :

The Naked Kiss

un film de samuel fuller


détails techniques

Sortie : le 30/11/1999

Couleur : Noir & Blanc

Audio : mono


en stock Ajouter au panier 12,99

détails techniques

Sortie : le 01/12/2005

- Langue : Anglais

- Sous-titres : Français

- Image : 1.33 - 4/3

- Couleur : Couleur

- Audio : mono

contenu DVD

- filmographie


Synopsis

Comme prise d'une folie meurtrière, Kelly, prostituée, se bat avec rage contre son proxénète, lui reprend l'argent qu'il lui avait 'prélevé', se remaquille, réajuste sa perruque, décide de quitter le milieu honteux, glauque de la prostitution pour toujours. Deux ans plus tard, elle vit dans une petite ville américaine bien tranquille, élevant son enfant. Mais ce tableau paisible s'assombrit à l'arrivée d'un flic véreux qui connaissant le passé de Kelly' La scène d'ouverture de THE NAKED KISS est sans conteste une des plus éprouvantes jamais tournées. Ce film noir ne fait aucune concession aux films politiquement corrects de l'époque. Samuel FULLER capte l'attention du spectateur dès la première seconde, ne le lâche plus jusqu'au générique de fin. Le film touche profondément le spectateur,, les personnages inspirent une sincère compassion, sous les lumières toujours fines de Stanley CORTEZ. Constance TOWERS est tout simplement admirable. « Dans la vision de FULLER, l'Amérique était devenu un asile d'aliénés. » Martin SCORSESE

+ sur le film

La scène d'ouverture de THE NAKED KISS est sans conteste une des plus éprouvantes jamais tournées. Ce film noir ne fait aucune concession aux films politiquement corrects de l'époque. Samuel FULLER capte l'attention du spectateur dès la première seconde, ne le lâche plus jusqu'au générique de fin. Le film touche profondément le spectateur,, les personnages inspirent une sincère compassion, sous les lumières toujours fines de Stanley CORTEZ. Constance TOWERS est tout simplement admirable.« Dans la vision de FULLER, l'Amérique était devenu un asile d'aliénés. » Martin SCORSESE